HISTORIQUE

Mont-Dore ou l’âge doré du sport auto

home_karting_sep
img-02

Johnny Hallyday – 1967

img-01

Maurice Trintignant – 1964

Résumer la course de côte du Mont Dore, c’est réécrire un conte de fée où un chemin de muletier se transformerait en un évènement incontournable du sport auto.

Si l’endurance à Son Mans, la F1 son Monaco, le championnat d’Europe et de France de la Montagne a son Mont Dore/Chambon sur Lac, ses 5075 m et ses 43 virages entre Moneaux et le col de la Croix Saint Robert. Ils auront été des milliers en 50 ans à gravir le col avec comme unique but, la course contre le temps ! Anonymes ou célèbres, ils ont « fait » le Mont Dore et s’il fallait retenir des noms qui sonnent fort, on citerait pêle-mêle José Rosinski le premier vainqueur en 1961, Oreiller, Jo Schlesser, Gérard Larousse, Pierre Maublanc, Maurice Trintignant, Jean Rolland, « Titi » Greder ou encore Jean Vinatier.

img-03

Jo Schlesser

C’était le temps des « généralistes » et les frontières étaient floues entre le circuit, le rallye et la côte d’autant que cette dernière discipline ne s’est dotée d’un championnat de France qu’à partir de 1967.

Plus près de nous encore ce sont les Servoz, Ligier, « Jimmy » Mieusset ou la bande des JP, Jabouille, Jaussaud et bien sûr Beltoise qui s’y sont illustrés. D’autres encore ont fait la joie des spectateurs : Pescarolo, Thérier, et même Saby, Bernard Béghin ou les célèbres frères Alméras. En l’an 1973 c’est malheureusement le nom de Daniel Rouveyran qui restera gravé à tout jamais dans la falaise, lui qui voulait faire gagner une F1 en côte.

Puis est venue l’époque des montagnards purs et durs. Michel Pignard a indiscutablement marqué le public avec sa March 762 ou ses protos. Christian Debias a longtemps arpenté les 5 km avec pour équipier à ses débuts un certain Max Mamers. C’est aussi l’époque du match Roc contre Stalder puis Roc contre Carburol avec une rivalité exacerbée entre Marc Sourd et Marcel Tarrès. Entre 1980 et 81 les monoplaces perdront 100kg et se couvriront d’appendices aérodynamiques de plus en plus démesurés.

Puis viendra le temps des Boccard, Chamberod et ces dernières années Lionel Régal entrecoupé d’exploit hispanique d’Andre Vilarino en 2007 ou transalpins de Baldi en 2009 et Faggioli en 2010 et 2011 sur des protos Osella répondant au seul réglement européen. Entre José Rosinski et le record extraordinaire 2010 de Faggioli ce sont 1’14 » et 217 millièmes qui ont été gagnés. Evoluant sa Reynard F3000 Nippon aux normes françaises Lionel Régal se sera contenté en 2010 de maîtriser son jeune rival Nicolas Schatz dans l’optique de la conquête d’un sixième titre national. Le Mont Dore/Chambon sur Lac aura été son dernier succès puisque une semaine plus tard il se tuait en Suisse aux Rangiers, Depuis Nicolas Schatz assure la relève. Titré CF en 2010 il a depuis dominé la manche sancylienne d’enlever haut la main le titre 2011. Mais c’est l’italien Faggioli qui détient à jamais le record de l’ancien tracé avant d’inscrire au tableau des records son nom de nouveau en 2011 sur un parcours rallongé de 80 mètres.

img-04

Daniel Rouveyran

img-05

Marcel Tarrès

img-06

Marc Sourd

NEWS

facebook-01facebook-02

FACEBOOK

Suivez notre actualité sur les réseaux sociaux

home_karting_sep

Actualités

Résultats

Vidéos

youtube-01youtube-02

YOU TUBE